2290766140_4ee869ab17_o

Ô combien les rapports entre humains seraient simples et spontanés si nous étions des chiens. Quoi? comment? Nous, humains,  êtres supérieurs du règne animal, végétal et minéral abaissés au rang de canins! Vous perdez le sens commun!

Vous! Horribles congénères fats, vaniteux et prétentieux apprenez que nous avons tant à apprendre de nos amis les chiens. Et cette redondance n’est pas de trop!

1. (Un!) L’affection

Prenons le cas du prolétaire (que nous sommes tous) de retour, le soir, à son foyer fiscal après une journée de labeur. Est ce que son/sa bien aimé(e, à sa vue, lui sautera joyeusement au cou, tout en l’embrassant affectueusement chaque jour que Dieu (le créateur!) fait? La réponse est NON! Le commun des humains se contentera d’un baiser machinal suivi d’un ‘ça va?’ aussi banal qu’un oeuf au plat.

Observez donc le chien, dans la même situation : il sautera sur son compagnon, le lèchera vigoureusement, le câlinera pour lui manifester son excitation de le revoir après une trop longue journée de séparation.

2. L’intuition

Le chien est doté d’un sixième sens remarquable grâce auquel il est capable de percevoir la tristesse, le mal-être de son ami humain sans que ce dernier n’ait besoin de lui expliquer par des mimiques étranges et ridicules que son moral, voyez-vous est au plus bas.

Est ce que nous humains citadins névrotiques sommes toujours à l’écoute de nos intuitions et de notre sensibilité, celles qui nous aideraient à comprendre nos semblables.  Sommes-nous capables de sentir le désarroi, le besoin d’amour ou de réconfort de notre bien-aimé(e) sans que ce(tte) dernier(e) n’ait à l’exprimer par des mots en lettres capitales ou par une présentation de diapositives?

3. Le dévouement

Le chien est un ami fidèle, inconditionnel et dévoué. Il considère qu’il est de son devoir de protéger, de veiller à au bien-être et d’apporter son soutien à son entourage.

Hommes, Femmes de toutes conditions, nous ne saurions vous inciter assez :  soyez généreux, soyez dévoués! Cessez vos petits calculs et donnez tout sans rien attendre. Le seul regret serait de ne pas avoir assez donné.

3745797107_1abf097eaa_o

4. La sociabilité

Le chien est un animal sociable. A l’instar de l’homme rétorquerez-vous!

Dans l’environnement urbain actuel,  vous conviendrez que c’est essentiellement à travers les réseaux sociaux que l’homme moderne échange, partage et exacerbe son égo… tandis que dans la rue, nos amis les humains s’ignoreront royalement.

Mais prenons les chiens. Lorsqu’ils se croisent, ils s’observeront, se renifleront. Bref, ils chercheront à communiquer. 

Il est naturellement délicat de suggérer aux humains de se renifler les parties intimes dans la rue, dans le métro ou au travail mais il y a sans doute d’autres moyens plus discrets de communiquer et de s’intéresser aux autres.

Après l’énumération de tant de vertus et de bons sentiments, ne négligeons pas le fait qu’il soit toujours possible en cas d’agacement et de colère intense de prendre à nouveau exemple sur nos amis les chiens et de mordre la cuisse ou le bras d’une personne qui vous est chère.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :