Pour bien commencer la fin de l’année, voici une sélection de chefs d’oeuvre à voir ou à revoir.  Nous pensons gentiment que les personnes qui n’ont jamais vu un de ces films sont, de fait,  infréquentables. Alors, sans ordre de préséance:

Torch Song Trilogy de Paul Bogart (1988)  filmé avec humour et tendresse les  tribulations d’un homme à la recherche d’une vie ordinaire. Une comédie aigre-douce rafraîchissante et émouvante loin des clichés dégoulinants gays.

King of New York d’Abel Ferrara (1990), ou l’histoire d’un malfrat mafieux new yorkais admirablement interprété par l’énigmatique Christopher Walken.  Dans ce film d’une extrême violence, la drogue, le sexe et le pouvoir, suscitent des envies presque  indécentes.

tofz_dot_org-mirroresque_neon-lo_res

Crimes et délits de Woody Allen (1989).  Comédie dramatique et philosophique où une histoire d’adultère tourne au tragique ou comment le génie de Woody Allen parvient à traiter deux histoires parallèles dans des registres totalement opposés (comédie et drame). S’ y côtoient la lâcheté,  la fatuité, l’absence de moralité,  bref l’être humain dans toute sa grandeur.

Opening night de John Cassavetes (1977). D’une densité propre à Cassavetes,  le film traite de la femme, de l’amour, de la mort, de l’espoir, du temps qui passe et du courage à s’opposer au conformisme rampant. Pour les amoureux de Gena Rowlands (et de Cassavetes),  sa féminité, sa vulnérabilité,  sa folie, sa sensibilité exacerbée nous explosent au visage.

L’affaire Cicéron de Joseph Mankiewicz (1952)  : un film d’espionnage sombre, une intrigue haletante et passionnante aux dialogues d’une intelligence et d’une finesse hors du commun. 

M. NOO

  1. waloo

    Dois-je préciser que je savoure à la virgule près cet article sur le cinéma? Je le lis, que dis-je…je le chante!
    Il faut le placarder partout dans Paris.
    Une idée, moi qui ne fais pas grand-chose en ce moment, je pourrais le chanter dans les couloirs du métro?

    1. de Minos La Noo

      How Lovely… Merci Waloo! Un compliment d’un cinéphile aussi brillant que vous me va droit au coeur.
      Je vous propose d’accompagner votre voix barytonée au piano. Lettre à Elise est le seul morceau que je maîtrise encore aujourd’hui….

Commentaires fermés

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :